Zoom sur le « slow business »

Le burn-out est devenu le mal du siècle, mais il paraît que le slow business peut changer la donne. De plus en plus de cadres et d’employés se plaignent de leurs rythmes excessifs de travail, du stress et de la fatigue que cela implique.

Quel but ?

Le slow business a pour objectif d’apprendre à aimer davantage son travail, de prendre du plaisir, et donc d’être productif. La philosophie «Slow Business» vient en contradiction à l’alternative « classique » du travail, régie par les performances et la rentabilité (heures supplémentaires, rythme effréné, déjeuners devant l’écran, sur le pouce…). À cause des heures qui s’enchaînent, sans pause, le manque de concentration et la fatigue surviennent, et rendent ainsi la productivité moindre voire inexistante.

Les caractéristiques

Le retour à l’humain ! Voilà une des valeurs clés du slow business. Les collaborateurs sont des individus à part entière avant tout. Adieu les étiquettes  et les normes standardisées.

L’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, le confort et le repos sont favorisés pour offrir plus de tranquillité d’esprit, de sérénité et de bien-être au collaborateur. Va s’en suivre un regain de productivité et de motivation, tout le monde est gagnant ! Dans certains locaux d’entreprises, des espaces dédiés au repos sont crées (siestes, jeux, relaxation…) afin de pouvoir déconnecter plus facilement. Autres facteurs clés, l’optimisme et la joie ; ils sont bon de les entretenir.

Attention aux idées reçues

Le slow business ne doit pas être prit au premier degré dans le sens «lent». Rapidité, efficacité et productivité sont tout à fait en accord avec le «Slow Business». La qualité est mise en avant avec cette philosophie. Nous ne parlons pas d’une évolution des mœurs actuelles mais plutôt d’un bouleversement culturel à mettre en place. Le « slow business » offre la possibilité d’appliquer plus d’humanité à toutes nos actions du quotidien.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *