Piqûre de rappel autour du bonheur au travail

Depuis quelques temps, la recherche de la Qualité de Vie au Travail ressort avec un grand engouement et son jargon spécifique. Afin de ne pas nous perde dans des termes trop jargonneux, étudions les ensemble.

Déconnexion

Concilier vie personnelle et vie professionnelle ; c’est aussi le droit pour les salariés de ne pas répondre à leurs emails ou appels professionnels en dehors de leurs heures de bureau. Un principe devenu indispensable avec le développement des nouvelles technologies pour préserver les temps de repos des salariés.

Entreprises libérées :

Les entreprises libérées sont apparues dans les années 50, ce concept désigne une entreprise dans laquelle la responsabilisation des salariés est considérée comme un levier de performance.

Dans les années 2010, les travaux d’Isaac Getz ont inspiré les expériences « d’entreprise libérée » visant à rendre l’entreprise plus performante avec des employés libérés de la hiérarchie et du contrôle.

Isaac Getz et Brian M. Carney décrivent l’entreprise libérée comme une entreprise « où la majorité des salariés peuvent décider toutes actions qu’ils considèrent eux-mêmes comme étant les meilleures pour l’entreprise sans qu’elles soient nécessairement imposées par les décideurs ou une quelconque procédure ».

Zéro mail :

Dans certaines entreprises, les mails sont de moins en moins utilisés voire bannis. Ceci est la porte ouverte à de nouveaux outils comme Bluekiwi, hangouts, messageries internes, etc.

Job sharing :

Comme son nom l’indique, il s’agit bien de partager un même poste à responsabilités entre plusieurs personnes, qui se répartissent tâches et temps de travail. Cette méthode vise à faire progresser les collaborateurs dans leur carrière professionnelle tout en libérant du temps pour leur vie personnelle.

Slow management :

Ici, la qualité et le bien-être sont privilégiés à contrario de la quantité. Ce concept de management exige des managers qu’ils consacrent du temps à leurs collaborateurs et les fassent participer aux décisions de l’entreprise.

Tiers-lieux :

Nous pouvons qualifier tiers-lieux par des endroits extérieurs à l’entreprise. Par exemple, faire un entretien de recrutement ou un rendez-vous professionnel dans un café ou restaurant. De plus, les espaces de co-working émergent, qui permettent de nouer des liens avec d’autres professionnels dans un cadre convivial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *